vendredi 21 avril 2017

"Dienstmütze für NSKK-Sturmführer" (1935-1945) Photos Collection Privée

"Dienstmütze für NSKK-Sturmführer" (1935-1945):

Institué le 31 Août 1935, la "NSKK Feldmütze / Lagermütze" est la coiffe la plus représentative des hommes du NSKK du simple soldat à l'officier supérieur.
Calot en drap noir destiné à un "NSKK-Sturmführer" portant l'aigle du NSKK du second type brodée canetille argent avec liserer argent du calot. Ce calot est un modèle dit "d'hiver" ou premier type car il est en drap épais et possède des rabats qui servent à protéger la figure contre le froid.
Avec la régularisation de l'année 1939, ce type de calot à rabat ne sera plus produit.




Alors que dès 1936, le nouvel emblème du NSKK est porté sur la "NSKK-Tuchmütze", il faudra attendre 1939, pour que ce nouvel aigle remplace le 1er modèle à la couleur du "NSKK-Motorgruppe" sur les "Feldmütze". L'aigle présenté est une variante de production du modèle de 1936, car sa tête est tournée à gauche, par la suite elle le sera vers la droite.


Comme l'exige le règlement du NSKK suite à la régularisation de 1936, la marque de grade se trouve sur le flanc du calot.
En plus du liserer argent parcourant le calot indiquant un officier, on retrouve trois étoiles pour le grade de "NSKK-Sturmführer". L'alignement ainsi que l'écartement entre les étoiles ne respectent pas la réglementation en vigueur de 1936. Il y a des erreurs de quelques centimètres par rapport à ce que prescris la réglementation.




Le calot ferme par deux boutons avant en aluminium sur lesquels on retrouve l'aigle du parti nazi 1er type sur une roue. Les boutons possèdent tout les deux le code du RZM "M5/8" qui correspond au fabricant "E W Assmann & Söhne, Lüdenscheid". La lettre "M" signifie "Métal", le chiffre "5" correspond au accessoire d'uniforme et le chiffre "8" au fabricant cité précédemment.


Ce qui caractérise les modèles hiver est tout simplement les petits crochets permettant de descendre rabat de protéger les oreilles.


A l'intérieur se trouve une étiquette RZM du premier type (1934-1936).
Blanche avec écriture brune, portant la mention "Dienstmütze" qui sera remplacée par la suite par la mention "Feldmütze".
A noter que l'étiquette RZM porte la mention "Mitgliedsnummer" pour inscrire le numéro de membre, mais porte à la place le nom du propriétaire.



vendredi 17 mars 2017

"NSKK Tuchmütze" (1935-1945) Photos Collection Privée

"NSKK Tuchmütze" (1935-1945):

Destiné aux hommes de rang et sous-officier, ce képi fut adopté le 17 décembre 1938 (officiellement voir la régulation "Organization Buch der NSDAP" du 23 Mai 1936), mais été déjà porté depuis 1935. En effet, dès 1936, le NSKK commence a équiper ses troupes de nouvelles tenues proche des teintes "Feldgrau" adoptées par la "Wehrmacht" plus pratique que la voyante "Braune Diensthemd". Le règlement de 1936, autorise le port du "NSKK Tuchmütze" avec le "Mantel" et la "Feldbluse".





Le "Dienstmützenabzeichen" est le modèle du second type adopté en 1936, avec large aile déployé et banderole NSKK. Il existe une variante de production de cet aigle avec tête tournée à gauche. On note la jugulaire spécifique à anneau centrale ainsi que le bouton (que l'on retrouve sur les calots NSKK) avec aigle du NSDAP premier type de 1929 sur une roue.
Les premiers type de képi NSKK apparurent vers 1935 (avec la régularisation par le RZM en 1936) comporte le petit aigle métallique du NSKK à aile courte avec banderole NSKK.



Un détail sur les aérations du képi, deux trous de chaque côté. Détails que l'on retrouve sur bon nombre de coiffe du NSDAP (SA, PL, Reichspost, etc...).



Détails de confection de l'intérieur, on note la grande qualité de réalisation.
Le fond de la coiffe est en toile imperméable de couleur orange, ce type de toile se retrouve dans quasiment toutes les coiffes d'hommes de rang des unités paramilitaires du NSDAP (ex.: casquette de la Allgemeine SS, képi d'homme de rang et sous-officier de la SA, etc...). Sous la basane en cuir, se trouve l'étiquette du RZM.



Détail du fabricant indiquant la composition du fond de la coiffe en toile imperméabilisée.


Le képi est une pure production de la régularisation de 1936, par le RZM.
L'étiquette RZM du second type brune avec écriture blanche se trouve sous la basane fixé entre le cuir et le retour tissu.


L'étiquette porte le numéro "289" à l'encre violette à l'emplacement du fabricant.
Le code 289 correspond à "Oskar Hertlein", fabricant réputé dont un bon nombre de ses coiffes furent retrouvées en état de stock dans les années 70. D'où une proportion non négligeable de pièces de ce fabricant sur le marché.



Une photo d'époque tirée du net, illustrant le port des différentes coiffes chez des membres du NSKK en Moselle annexée à Metz (Pont du Sablon).
On note que la majorité de ses hommes du NSKK (quêtant pour les WHW) portent la classique "Feldmütze" ou "Schirmmütze" plus appréciée que le képi.
L'officier sur la droite (confère le liserer argent autour du képi) ainsi que l'homme de rang / sous-off à gauche abhorrent le "NSKK Tuchmütze" .
On observe également sur la photo la très rare casquette à visière du NSKK. L'homme au centre portant la coiffe à visière arbore sur son bras gauche le port de la bande de bras "AFRIKA" commémorant son passage en Afrique du Nord.


vendredi 10 février 2017

"Personalbuch Kriegshilfseinsatz Luftwaffe" (1944-1945) Photos Collection Privée

"Personalbuch Kriegshilfseinsatz Luftwaffe" (1944-1945) :

Le 1er Juin 1943, tous les "Gauleiter" du Reich, recevaient du ministère de l'intérieur l'ordre d'incorporer dans les "LuftwaffenHelfer" les élèves nés en 1926 et 1927. Ces élèves devaient remplacer les 120 000 artilleurs de la "Flieger Abwehr Kanone" (Flak) allemande et permettre leur envoi sur le front Russe. Les jeunes "Hajot" faisaient leur apprentissage sur des "Flak Vierling" ainsi que sur des pièces russe de 37 mm. C'est ainsi qu'un livret spécifique à cette formation fut créé.

Couverture:
Il s'agit d'un "PersonalBuch" destiné aux "HJ-LuftwaffenHelfer" soit les jeunes "Hitlerjugend" servant comme auxiliaire de la "Luftwaffe".
Ce type de livret fut instauré en cours d'année 1943, il était destiné à l'ensemble des jeunes HJ souhaitant devenir "KriegsFreiwillige" (volontaire à l'effort de guerre) dans les "HJ-Lwh". A partir de l'année 1944, ce livret se généralisera pour l'ensemble des "Flak-Helfer".

Sur la couverture on trouve une étiquette avec nom du propriétaire "KASPERBAUER Paul" et l'insigne spécifique des "HJ-LwH". Il s'agit d'un aigle de la "Luftwaffe" au dessus duquel se trouve les lettres "L H" pour "LuftwaffenHelfer", le tout dans un triangle inversé. Cet insigne se retrouve sur l'uniforme des jeunes HJ servant dans cette formation, cousu au dessus de la poche droite.




Page 1:
On note l'absence de photo, guère étonnant vu l'ouverture du livret (1944), sur bon nombre de "PersonalBuch" la photo n'a jamais été mise.
On trouve le numéro du document "N°58" qui reste un très petit chiffre, le grade "HJ-LuftwaffenHelfer" puis devenu "HJ-Luftwaffe Oberhelfer" en "Okt 1944", le numéro de plaque d'identité "223" affecté au "2./schw. Flak Abt. 522" et enfin la taille du masque à gaz "2".



Pages 2 & 3:
Les informations sur le propriètaire du livret. Il est né le "4.6.1928" (âgé de 16 en 1944) à "Spiegelau" de religion catholique. Le "PersonalBuch" est validé "5 Jan 1944" par le "2./schw. Flak Abt. 522" avec le tampon portant le "Feldpost 31567" indiquant "(12.3.1943-7.9.1943) 2. Batterie schwere Flak-Abteilung 522 (o)".

Avant de servir dans les "HJ-LuftwaffenHelfer" il appartenait au "Bann 341" correspondant au secteur de "Deggendorf". Il servira dans 5 unités différentes de la Flak:
-du 05/01/44 au 21/03/44 : "2./schw. Flak Abt. 522 (o)".
-du 21/03/44 au 15/05/44 : "Battr. z.b.v. 6258".
-du 16/05/44 au 04/09/44 : "z.b.v. Battr. 6216".
-du 09/09/44 au 29/01/45 : "1./schw. Flakabt. 290 (v)".
-du 30/01/45 au 20/02/45 : "2./ s. Flakabt. 313 (v)".

Au moment où le jeune Kasperbauer rejoint le s. Flak Abt. 522 au début Janvier 1944, cette unité est engagée dans la défense anti-aérienne de Nüremberg, dans le cadre du "Flakuntergruppe Platnersberg" (banlieue de Nüremberg). Entre Mars et Septembre 1944, Kasperbauer est affecté à deux autres unités indéterminées "à usage spécial", appelées également "Alarm Batteries". Ces unités temporaires rassemblaient des éléments divers, avant d’être absorbées par des Abteilungen classiques.
Début Septembre, il rejoint le s. Flakabt. 290, réparti en différents points entre Wien et Brüx, en Autriche. La 1.batterie est rattachée au Flak Regt. 88 formant le "Flakgruppe Brüx".  A la fin Janvier 1945, il est versé à une autre Abteilung, le s. Flak Abt. 313, engagé dans le même secteur de Brüx. Il en sera manifestement démobilisé le 20 Février 1945.


Pages 4 & 5 :
Les informations concernant la famille du jeune "KASPERBAUER Paul" et les différents vaccins reçus.


Pages 12 & 13:
L'équipement et l'uniforme perçu par le jeune "Flak-Helfer".
Une grande quantité de cet équipement est du réglementaire de la "Hitlerjugend", il perçoit un "HJ-Mütze", "BraunenHemd", "HJ-Mantel", ect...Il est a noter, qu'il perçoit l'ensemble réglementaire d'hiver le "HJ-Winteruniform", qui reste l'uniforme représentatif des "HJ-LuftwaffenHelfer".
Il touche également tout l'équipement nécessaire d'un soldat du sac à pain, un "Gazmaske" en passant par le ceinturon et même un "Stahlhelm". Ce qui prouve parfaitement que les jeunes "HJ-LwH", bien que non majeur étaient considérés comme des soldats.

Dans certains cas, ils peuvent même percevoir des cartouchières et une arme lorsqu'ils sont de fonction de "Wacht" sur un aérodrome par exemple.

 
 
Page 15:
Les "Flakhelfer" ont deux fois par an, 14 jours de permission. Ces deux permissions sont inscrit dans la rubrique "congés de plus de 5 jours" sous l'appellation "Erholungsurlaub" soit congés de récupération.
 
 

Page 16:
Les congés exceptionnels, sont inscrit sous la rubrique "moins de 5 jours".
La deuxième inscription indique "Sonderurlaub wg Todesfall", congé exceptionnel pour décès. Probablement en rapport avec la guerre, par la perte d'un proche...
 
 
Page 18:
La validation du grade de "HJ-Luftwaffe Oberhelfer" le "1.10.1944" par le "Hauptmann" du "1./schw. Flak Abt. 290" .
 
 
"Beurteilung":
Appréciation établie par le chef de la batterie z.b.v. 6216. Celle-ci détaille le comportement du jeune auxiliaire et souligne ses bonnes connaissances en artillerie antiaérienne ainsi que ses bons services comme servant de 8,8 cm Flak.
 
 
"Heranziehung von Schülern":
Une dispense d’école pour l’aide de guerre de la jeunesse allemande dans la Luftwaffe. En théorie, les courts devaient continuer mais le nombre d'attaque aérienne augmentant les jeunes "HJ-LuftwaffenHelfer" furent dispensés de ces derniers. A noter que cette dispense est réalisée par l'enseignant "Josef KASPERBAUER" qui n'est d'autre que le père du jeune "HJ-LwH".
 
 


vendredi 6 janvier 2017

"Gesundheitspaß" (1935-1937) Photos Collection Privée

"Gesundheitspaß" (1935-1937):

En plus du "Feldscher Ausweis" et du "Gesundheitsdienst-Mädel-Ausweis", il existe un carnet de santé spécifique à la "Hitlerjugend" le "Gesundheitspaß".
Cet ensemble comprend le "Mitglied-Ausweis für den Bund Deutscher Mädel" ainsi que la papier du service sanitaire d'une jeune fille incorporée dans les "Bund Deutscher Mädel".


"Ausweis" pour une fillle appartenant au "Bund Deustcher Mädel" de la "Hitlerjugend".
Cette organisme était l'équivalent féminin de la Hajot masculine. Les jeunes filles de 10 à 14 ans servaient dans les "Jung Mädel" (équivalent de la DJ chez les garçons) et de 14 à 21 dans les "Bund Deustcher Mädel" (équivalent de la HJ chez les garçons).
Le but de cette organisme était d'endoctriner les jeunes filles afin d'en faire de futures femmes dévouées à leurs époux, au Reich et à l'effort de guerre. Plusieurs manuels comme le "Mädel im Dienst" ainsi que des programmes comme le "Glaube und Schönheit" (Foi et beauté) seront créés pour y contribuer.
Sur le devant du ausweis se trouve un tampon indiquant la région géographique de l'unité dans laquelle servait cette BDM soit "Obergau 14" qui correspond au " Gau Kurhessen".



A l'intérieur on trouve d'autres informations:
Son nom et prénom "BETHKE Anneliese", sa date de naissance "16.06.17"  et son adhésion au sein des BDM le "17.Aug.1935". Le papier comporte la photo de la jeune fille validée par deux tampons de la HJ ainsi qu'un papier certifiant son adhésion et son numéro dans la "Bund Deutsche Mädel". Cette jeune fille appartient à "Untergau 83" de la ville de "Kassel" comme l'indique les tampons validant la photo.



La photo de la jeune fille comporte quelques détails intéressants. Elle porte la "BDM-Weste" uniforme réglementaire pour les jeunes filles de la HJ en plus du "Halstuch". Sur son bras gauche apparaît le triangle indiquant le "Gebiet" (région) sous lequel se trouve le losange symbole de la HJ.


Pour finir au dos, se trouve les timbres de cotisations des années 1935 à 1937. Il est fort probable qu'après 1937 elle est reçu une feuille supplémentaire pour les années suivantes de cotisations (absente ici).


Le "Gesundheitspaß" est le carnet de santé des formations paramilitaires.
Sur le devant on retrouve le badge de membre du NSDAP ainsi que la mention "Hitlerjugend Gebiet Kurhessen". Dans certaines variantes du "Gesundheitspaß", on retrouve le losange de la HJ à la place du badge du NSDAP.


A l'intérieur on retrouve les informations sur la jeune "BETHKE Anneliese", comme son nom date de naissance et date d'adhésion au BDM. Le papier a été validé par "Ärtz" qui a jugé la jeune fille apte à servir dans la HJ. La validation est confirmée par la signature et tampon d'un cadre de la HJ, le "22.11.35".

vendredi 23 décembre 2016

"Gesundheitsdienst-Mädel-Ausweis" (1937-1942) Photos Collection Privée

"Gesundheitsdienst-Mädel-Ausweis" (1937-1942):

Parmi les classiques "Ausweis" existe une diversité d'autres papiers appartenant à une sous-branche d'un même organisme paramilitaire. Ainsi des "Ausweis" spécifiques seront créés en fonction du service auquel appartient le membre (sanitaires, transmission, marine, etc...).
Voici un ensemble d'une jeune fille de la "Bund Deutscher Mädel" servant dans la branche sanitaire des "Hitlerjugend".


Le premier document est un classique "Hitlerjugend Ausweis" pour une jeune fille de la "Bund Deutscher Mädel". On trouve le nom de la jeune fille "Edith SCHÖLZKE" né le "29.09.1925" (âgée de 17 ans en 1942) à "Schöneich" et résidant "Haupt Str.24" à "Linderode".
Elle est entrée dans la "Hitlerjugend" le "1.Okt.1936" son "Ausweis" portant le numéro "2909642".
Le papier est validé par un fac-similé du "Reichsjugendführer Baldur Von Schirach" le "11.Okt.1937" et sert dans l'unité "275/23".
 
  
Page de gauche un changement d'unité "17/275" réalisé le "28.03.1940" validé par un tampon.
La page de droite contient les timbres de cotisations de 1937 à 1940.
 
 
Le second document est un "Ausweis" spécifique aux formations sanitaire de la HJ portant le nom de "Gesundheitsdienst-Mädel-Ausweis", service sanitaire de la branche féminine des jeunesses hitlériennes. Tout comme le "Feldscher Ausweis", le modèle pour BDM possède sur la couverture la "Leben rune" symbole des formations sanitaires paramilitaires (HJ, SA, NSKK) ainsi que le numéro du "Gebiet" (région) N°2 correspondant à "Mark Brandenburg".
 
 
A l'intérieur on retrouve les mêmes informations que dans le "Ausweis".
Tout comme le papier précédent le "Gesundheitsdienst-Mädel-Ausweis", ne comporte pas la photo de la propriétaire bien que le document fut validée. Le document a été validé le "20.03.1942" par un "Ärtz" de la région "Mark Brandenburg". Cette validation indique que la jeune file a suivi une formation de premier secours au sein de la branche sanitaire de cette organisme.
Bon nombre de jeunes filles de la "Bund Deutscher Mädel" serviront après leur passage dans la "Hitlerjugend" dans différents organismes d'aides comme la "Deutsches Rotes Kreuz" ou encore le "NationalSozialistische Volkswohlfahrt".