vendredi 9 septembre 2016

"HJ Schießabzeichen" (1936-1945) Photos Collection Privée

"HJ Schießabzeichen" (1936-1945):

Créé le 20 Août 1936 par le "ReichsJugendführer Baldur Von Schirach", cet insigne récompense les capacités de tir sur petit calibre des "Hitlerjugend". A savoir qu'il existe également une version pour la "Deutsche Jungvolk".

En 1938 deux versions de cet insigne furent ajoutées.
-"HJ Schießabzeichen für Scharfschützen" (pour tireur d'élite), même insigne mais avec ajout d'un pourtour de feuille de chênes argent.
-"HJ Schießabzeichen für Meisterschützen" (pour maitre de tir), même insigne mais avec ajout d'un pourtour de feuille de chênes or.

On estime à environ 31 000 "HJ Schießabzeichen für Scharfschützen" et 800 "HJ Schießabzeichen für Meisterschützen" attribués. Pour l'année 1943, 273 545 "HJ Schießabzeichen" (classe la plus basse) seront attribués.

L'insigne reprend une cible sur laquelle repose le losange de la "Hajot" sur deux fusils croisées.
Un pourtour de feuille de chênes (argent ou or) s'ajoute en fonction de la catégorie de l'insigne. Réglementairement parlant l'insigne se porte au niveau de la poche droite, sous le "Leistungsabzeichen des Hitlerjugend".


Au dos on retrouve, le sigle et code du RZM. Le code "M1/77" correspond au fabriquant "Foerster & Bath, Pforzheim". La lettre "M" signifiant "Metal", le code "1" pour les insignes du NSDAP et le chiffre "77" au fabriquant cité précédemment.

vendredi 19 août 2016

"DJ Leistungsabzeichen" (1935-1944) Photos Collection Privée

"DJ Leistungsabzeichen" (1935-1944):

Adopté le 26 Septembre 1935, pour les enfants de 12 à 14 ans servant dans le "Deutsche JungVolk".
Avant la création de ce badge, les jeunes DJ pouvaient recevoir le "HJ Leistungsabzeichen" noir.
Il était décerné pour avoir développé des compétences de chefs, sportives, racial et de tir.

Il n'existe qu'en une seule version comparé aux modèles HJ (existant en 3 classes noir, bronze et argent) peinte de couleur argenté, il existe cependant quelques variances de teintes au niveau de la couleur.
Une version tissu fut également créée pour la tenue de sport ainsi qu'un insigne miniature pour les vêtements civils.


L'insigne reprend la "Sieg Rune" avec en son centre la "Hakenkreuz" entouré de la mention "Für Leistungen im DJ".


Au dos comme la plupart des insignes paramilitaires, on retrouve le code du RZM ici "M1/120" correspondant à "Wilhelm Deumer, Lüdenscheid" ainsi que le numéro d'attribution "230257".
Au cours de l'année 1943, plus de 153 000 "DJ Leistungsabzeichen" seront attribués mais il sera supprimé en 1944.
Le fabriquant "Wilhelm Deumer, Lüdenscheid" fait partie des fabricants dont le code RZM est frappée à même l'insigne et non en surimpression et se reconnaît via son système d'attache légèrement différent du modèle classique.


vendredi 15 juillet 2016

"Leistungsabzeichen des HitlerJugend" (1934-1945) Photos Collection Privée


"Leistungsabzeichen des HitlerJugend" (1934-1945):

Créé en Juin 1934, par le "ReichsJugendführer Baldur Von Schirach" cet insigne vise à récompenser chaque HJ qui prouvait lors d'épreuves, qu'il possédait différentes qualités / capacités.
Les "Hajot" participaient à une série d'épreuves notées et en fonction de leurs notes, ils recevaient l'une cet insigne décomposé trois classes. Ces épreuves comprenaient : de la course, saut de haie, natation, tir, analyse racial et politique.

L'attribution de la classe de l'insigne s'effectuait en fonction de l'âge:
-Fer 15 ans.
-Bronze 16 ans.
-Argent 17 ans.


Au cours de l'année 1943, 350 000 décorations de ce type (toutes classes confondues) seront attribuées. Réglementairement le port de cet insigne s'effectue sur la poche droite, mais à partir de l'année 1943, une dérogation autorise le port de cette décoration sur la poche gauche.
Une version tissu fut également créée pour la tenue de sport ainsi qu'un insigne miniature pour les vêtements civils.
 

La classe fer (classe la plus basse) était attribuée à l'âge de 15 ans.

 
La décoration comporte au dos le numéro d'attribution ici "132216" et le code du RZM "M1/36".
La lettre "M" signifie "Métal", le code "1" au insigne du NSDAP et le chiffre "36" au fabriquant soit "Berg & Nolte AG, Lüdenscheid".

 
La classe bronze (classe intermédiaire) était attribuée à l'âge de 16 ans.
 
 
La décoration comporte au dos le numéro d'attribution ici "16579" et le code du RZM "M1/101".
La lettre "M" signifie "Métal", le code "1" au insigne du NSDAP et le chiffre "101" au fabriquant soit "Gustav Brehmer, Markneukirchen".


 
La classe argent (classe la plus haute) était attribuée à l'âge de 17 ans.

 
La décoration comporte au dos le numéro d'attribution ici "23407" et le code du RZM "M1/101".
La lettre "M" signifie "Métal", le code "1" au insigne du NSDAP et le chiffre "101" au fabriquant soit "Gustav Brehmer, Markneukirchen".



Photo provenant du net, montrant un jeune HJ recevant d'un chef de la HJ au grade de "Bannführer", le "Leistungsabzeichen des Hitlerjugend in Silber".
 

vendredi 3 juin 2016

"HJ Mitgliedsabzeichen" (1933-1945) Photos Collection Privée

"HJ Mitgliedsabzeichen" (1933-1945):

Le symbole de la "Hitlerjugend" est un losange émaillée aux couleurs de l'Allemagne avec une "Hakenkreuz" en son centre.
L'insigne de membre de la HJ, se porte sur la poche gauche. Il est également présent sur les "Wintermütze" ou encore sur les "DJ-Schiffchen" ou encore sur certaines "Sommermütze" portées entre 1934 et 1936.

 
Au dos comme beaucoup d'article pour formation paramilitaire, on trouve un code du RZM.
Le code "M1/77" qui correspond au fabricant "Foerster & Barth, Pforzheim".
Ce code est le modèle de la nouvelle réglementation de 1936, à savoir avec la lettre "M" pour Metal, "1" pour les insignes du NSDAP et "77" pour le fabricant cité précédemment.
 
 
Au fur et à mesure de l'avancée de la guerre, certains matériaux commencent à se raréfier.
Ainsi des directives de l'année 1942, préconisent l'utilisation de matériaux dit "ersatz" peu couteux et simple à produire pour la réalisation de diverses pièces (uniformes, ceinturons, insignes, etc...).
Le "HJ Mitgliedsabzeichen" n'échappe pas à la règle, ainsi une variante en zing ou aluminium peint fait son apparition.
 
 
Au dos on retrouve le code du RZM "M1/148" correspond au fabriquant "Heinrich Ulbrichts Witwe, Wien". La lettre "M" pour Metal, "1" pour les insignes du NSDAP et "148" pour le fabricant cité précédemment.
 


vendredi 20 mai 2016

"HJ-LuftwaffenHelfer Stahlhelm" (1942-1945) Photos Collection Privée

"HJ-LuftwaffenHelfer Stahlhelm" (1942-1945):

Voici la présentation d'une pièce peu commune ayant une valeur historique assez importante concernant le sort des jeunes "Malgré nous" Alsaciens / Mosellans incorporés de force dans l'armée allemande.
Que ce poste puisse leur rendre un hommage que la nation Français à mis de nombreuses années à faire...

Le casque M42 est identique au M40 en tous points, excepté le bord du casque qui n'est pas replié, ce qui donne un aspect large au casque. C'est encore la rationalisation dans les étapes de fabrication, réduction des coûts de production, cette suppression intervient à partir du 1er août 1942.
Les casques M42 se trouvent avec un seul insigne pour les fabrications d'avant Août 1943. Les casques fabriqués ensuite n'ont pas reçu d'insignes puisque qu'à partir du 28 Août 1943, il est décidé de ne plus appliquer d'insigne pour la Heer, la Luftwaffe et la Kriegsmarine, un peu plus tardivement pour la Waffen-SS (1er Novembre 1943).





Le casque porte l'aigle du second type de la Luftwaffe, celui-ci est plus fin et plus élégant que le premier type.
Il mesure 67 mm de large sur 36 mm de haut. A noter, le "défaut" au niveau de l'insigne, une des branches de la croix gammée est décalée par rapport au autres et la pointe de l'aile droite de l'aigle ne remonte pas vers le haut comme se devrait être. Cette différence (considéré comme un défaut) est dut lors de la pose du décalcomanie, on en retrouve d'autres comme le décalage par rapport à l'œillet d'aération, patte de l'aigle se repliant, etc...

Le décalcomanie Luftwaffe du second type fut l'un des plus complexe à mettre en place , il n'est pas rare de voir des décalques de ce type déformé voir même surpassé par un second décalque tellement le posage de l'insigne était complexe.


L'intérieur du casque est constitué d'un "Ersatz" de Pécari (cuir de porc). On note le nom, la fonction et le numéro de l'unité sont peints à l'endroit habituel à la peinture blanche.

 
Au niveau de la nuquière, se trouve l'emplacement habituel du fabriquant et de numéro de lot du casque.
Le marquage "NS 62" correspond au fabriquant "Vereinigte Deutsche Nikelwerke" de la ville de "Schwerte", le chiffre "62" correspond à la taille de la coque en cm ce qui induit une taille de la coiffe de 54-55 cm.


Dans le fond de la bombe, se trouve un tampon ovale de réception réalisé avec un timbre, on y lit "Beschaffungsamt für Heer und Marine" ainsi que le nom de la ville de "Schwerte" là où se situe le fabriquant "Vereinigte Deutsche Nikelwerke" (NS).


La jugulaire elle aussi en Pécari, porte le marquage "GXY 42" incrusté à chaud.
Il correspond au fabriquant "Gebr. Klinge" basé à "Dresden" et 42 pour l'année soit 1942.



Le plus intéressant dans ce casque le rendant unique sont les marquages qu'il possède...
Dans la nuquière et dans la coiffe, se trouve les abréviation suivantes "LwH. Grandidier M. 35/VII".
Les informations peintes dans le casque nous permet de dire qu'il a appartenu à un jeune "HJ-LuftwaffenHelfer" Alsacien.

En effet, le casque appartient a un membre du "Leichte Heimat Flak Batterie 35/VII", qui était subordonné au "Flak Régiment 68" a Karlsruhe.
Cette "Heimat Flak Batterie" était stationné a Pforzheim. Comme ce n'est pas une unité stationnaire sans véhicules "o" (ortsfest), il est possible que le casque se trouve en Alsace (Pforzheim n'est pas loin).
Or d'après la documentation sur l'Alsace occupé la "Leichte Heimat Flak Batterie 35/VII" est venu à Strasbourg pour former l'embryon HJ-LwH au cours de l'année 1943 à 1944. Les jeunes HJ étant rattachés à cette unité une partie d'entre eux seront même envoyés à Pforzheim pour être intégrés au Flak Régiment 68 a Karlsruhe.

Le jeune HJ-LwH Grandidier fut affecté à la "721e Leichte Flakabteilung", unité dans laquelle était rattaché le "Leichte Heimat Flak Batterie 35/VII" et le "Flak Régiment 68" . Cette unité eut, entre autres, pour mission la défense du barrage hydro-électrique de Kembs (Alsace) et vécut son attaque par les fameux Lancaster "Dam-busters" le 7 octobre 1944.
L'armement du 5/VII était des Flak 3,7 cm de prises Russes, mais produit par Krupp et exporté en Russie dans les années 30, a l'instar de beaucoup des 8,8 cm, surnomés par les LwH "Russenspritze" (seringue russe).




Les informations suivantes furent trouvées dans le livre "Ecoliers Soldats" écrit par Gaston W, un "vétéran" de ces unités alors âgé de 16 ans à l'époque et affecté à un projecteur.
Il est d'ailleurs question dans son libre d'un dénommé "Marcel Grandidier", ce casque était donc le sien.



Pour finir, voici un "PersonalBuch" d'un "OberHelfer" des "HJ-LuftwaffenHelfer" ayant perçu un casque dans la partie équipement de son livret.


Une petite photo d'époque (provenant du net) montrant le port du casque avec décalcomanie de la "Luftwaffe" chez de très jeunes "HJ-LuftwaffenHelfer".


Un petit résumé sur les jeunes malgré nous Alsaciens / Mosellans dans les HJ-LuftwaffenHelfer:Le 1er Juin 1943, tous les "Gauleiter" du Reich, recevait du ministère de l'intérieur l'ordre d'incorporer dans les "LuftwaffenHelfer" les élèves nés en 1926 et 1927. Ces élèves devaient remplacer les 120 000 artilleurs de la "Flieger Abwehr Kanone" (Flak) allemande et permettre leur envoi sur le front Russe. Les jeunes "Hajot" faisaient leur apprentissage sur des "Flak Vierling" ainsi que sur des pièces russe de 37 mm. Il y eu environ 500 Mosellans et environ 1 000 Alsaciens incorporés de force dans les "HJ-LuftwaffenHelfer". La plupart de ces jeunes proviennent de branche volante la "Flieger-HJ", certains d'entre eux furent volontaires à cette affectation et devinrent des "Kriegsfreiwillge der H.J.". Afin de motiver l'engagement des jeunes HJ, le "Reichsjugendfuhrer Arthur Axman" proclame l'année 1944 "Année des volontaires de guerre".

Ces jeunes enfants soldats seront surnommés par les Alsaciens / Mosellans les "jeunes malgré nous"....Il faudra attendre 1984 pour que ces jeunes "enfants soldats" soient reconnus comme "malgré nous" par la France.